Na­vi­guer sur le WEB n’est pas fa­cile, et main­te­nant, vous êtes perdu en mer… Mais ne vous in­quié­tez pas, il suf­fit de choi­sir une op­tion dans la liste ci-dessous, et vous se­rez de re­tour à na­vi­guer les vagues de l’internet en un rien de temps.

Ap­puyez sur le bou­ton «back» de votre na­vi­ga­teur. Il est par­fait pour ce genre de si­tua­tions !

Faites un don à « Marche pour les En­fants »

Re­tour­nez à la page d’accueil.

Re­tour­nez à la page Ul­treïa 2013 !

… Ou li­sez ceci :

Des di­zaines de mil­liers d’enfants de moins de 15 ans sont en­rô­lés de force comme enfants-soldats et contraints à tuer leurs sem­blables. Et les en­fants tuées, mu­ti­lés ou or­phe­lins sont les prin­ci­pales vic­times de tous les conflits ar­més. Cela est in­ac­cep­table.

Pierre Holtz || UNICEF

D’autres, âgés de quelques an­nées à peine, doivent tra­vailler hors de leur fa­mille, dans des condi­tions in­sa­lubres et par­fois sans au­cun sa­laire. Cela est in­ac­cep­table.

De jeunes en­fants sont ven­dus ou en­le­vés et contraints à se pros­ti­tuer dans les pires condi­tions ou sont vic­times de vio­lences sexuelles. Cela est in­ac­cep­table.

Plus d’un mil­liard de per­sonnes n’ont tou­jours pas ac­cès à l’eau po­table, dont la plu­part sont des en­fants. La mor­ta­lité in­fan­tile sé­vit lour­de­ment parce que des mil­lions d’enfants souffrent de mal­nu­tri­tion, d’avitaminose et d’un faible taux de vac­ci­na­tion. Cela est in­ac­cep­table.

Julien-Harneis

130 mil­lions d’enfants dans les pays en dé­ve­lop­pe­ment ne vont ja­mais à l’école. Les 2⁄3 sont des filles. Chaque an­née de plus pas­sée à l’école se tra­duit par une ré­gres­sion de l’indice de fé­con­dité et par un re­cul des dé­cès liés à la ma­ter­nité. Par exemple, dans l’État du Ke­rala (au sud de l’Inde), où l’alphabétisation est uni­ver­selle, les taux de mor­ta­lité in­fan­tile sont les plus bas du monde en dé­ve­lop­pe­ment et le taux de fé­con­dité le moins élevé de l’Inde.

Pierre Holtz | UNICEF

La lèpre sé­vit en­core dans le monde (plus de 210 000 cas dé­cla­rés en 2008). De nom­breux en­fants en sont vic­times, par­ti­cu­liè­re­ment en Inde, au Né­pal, dans dif­fé­rents pays afri­cains et au Bré­sil.

L’incidence mon­diale de la ma­la­ria est ac­tuel­le­ment es­ti­mée entre 300 et 500 mil­lions de cas cli­niques par an­née. La mor­ta­lité due à la ma­la­die est éva­luée à près d’un mil­lion de dé­cès par an. Le pa­lu­disme tue un en­fant toutes les 30 se­condes. En nombre ab­solu, cette ma­la­die tue jour­nel­le­ment 3 000 en­fants de moins de cinq ans, une mor­ta­lité bien su­pé­rieure à celle du SIDA. La ma­la­die n’est pas en ré­gres­sion à cause de la dé­fo­res­ta­tion, des chan­ge­ments cli­ma­tiques et de la mau­vaise condi­tion de l’eau.

ONUSIDA es­time que, en 2007, 15 mil­lions d’enfants étaient or­phe­lins à cause du dé­cès de leurs pa­rents si­déens et sou­ligne que l’aide aux or­phe­lins est gé­né­ra­le­ment four­nie par des or­ga­ni­sa­tions mo­destes non gou­ver­ne­men­tales. Cette si­tua­tion est in­ac­cep­table. Chaque an­née, des en­fants sont mu­ti­lés et leurs or­ganes ven­dus au plus of­frant. Cela est in­ac­cep­table.